Bientôt des routeurs à la portée de tous pour déjouer la surveillance électronique !?

La réponse — si question il y avait – est oui, plusieurs projets sont en cours est certains sont déjà en « distribution » auprès du grand public et d’autres auprès d’une population plus informée sur la question de l’anonymat et avec des connaissances plus poussées en informatique.

Toutes les solutions que nous allons aborder on en commun de surfer sur la vague du scandale PRISM et d’utiliser le réseau Tor pour assurer une navigation dans le plus grand anonymat, du moins en théorie !!

Le réseau Tor, c’est quoi ? Ça marche comment ?

Tor (The Onion Router, littéralement le routeur oignon) est un réseau informatique mondial décentralisé. Il est composé de routeurs organisés en couches, appelés nœuds de l’oignon, qui transmettent de manière anonyme les flux de données.

Ayant accès à une liste de nœuds de Tor, chaque client « choisit » automatiquement un chemin aléatoire, puis construit un circuit au sein duquel chaque nœud a la propriété de connaître son prédécesseur et son successeur, sans en savoir plus.

Le premier nœud du circuit connaît votre adresse IP. Mais, dès le deuxième nœud, la négociation se fait par l’intermédiaire du circuit partiel déjà construit, de sorte que le deuxième nœud ne connaîtra finalement que l’adresse IP du premier nœud (et du troisième lorsqu’un troisième nœud aura été ajouté). Le flux de données va passer de nœud en nœud pour finalement arriver après un long périple à destination. Ce même destinataire ne pourra, en théorie, pas remonter les nœuds pour retrouver l’identification réelle du propriétaire !!

Attention, le réseau Tor a tout de même quelques inconvénients et n’est pas infaillible. La navigation internet via le réseau Tor est ralentie puisque les données voyagent à travers le globe afin de garantir l’anonymat. De plus, les gouvernements peuvent utiliser des « failles » de Tor à des fins d’espionnage via les opérateurs télécoms et ainsi surveiller les utilisateurs de Tor même s’ils ne peuvent pas déchiffrer et analyser tous les flux passant par Tor.

La méthode « bricoleur » via un Rasberry Pi !

Combiner un Raspberry Pi, un adaptateur Wi-Fi USB et le réseau Tor sur le support, tel est la proposition de l’Onion Pi un petit ordinateur – de la société Adafruit — destiné à surfer sur internet en toute confidentialité.

Cette solution n’est pas à la portée de tous, en effet, le kit Onion Pi est à monter par soi-même. Il faut également installer le logiciel Tor qui n’est pas nativement installé sur l’OS fourni. Mais rassurez-vous, après ce petit moment passé à bricoler son camouflage du net (en suivant un mode d’emploi compréhensible), on peut pleinement surfer sur internet en conservant son anonymat et ce de n’importe où.

Oui oui, de n’importe où. Branchez le câble Ethernet du kit à n’importe quel Box à la maison, au travail, dans un hôtel ou dans un lieu public. Ensuite, branchez le connecteur USB du Pi à votre ordinateur, le Pi va démarrer et créer un nouveau point d’accès sans fil sécurisé, appelé Onion Pi. La connexion à ce point d’accès ouvrira automatiquement la voie à une navigation anonyme sur internet !!

Le Safeplug de Pogoplug pour déjouer la surveillance électronique !

Pogoplug, qui commercialisait jusqu’à présent des appareils permettant de mettre en place son propre cloud, a récemment lancé le Safeplug, un appareil permettant de bloquer facilement le pistage sur internet. Petit hic, il est pour le moment uniquement distribué aux USA.

La mise en place de cette solution est à la portée de tout « bon père de famille ». Il suffit de brancher le plug à sa box, lancer son navigateur internet, puis se rendre sur une page Web qui active l’appareil sans avoir à installer de logiciels sur les terminaux de la maison.

Si vous le souhaitez et si vous disposez d’une connexion à la hauteur, vous pourrez faire de votre Safeplug un nœud Tor, que d’autres internautes pourront emprunter, et ainsi contribuer à l’amélioration du réseau.

Le projet oRouter, une solution complète pour la maison !!

Comment protéger son anonymat sur internet quand on n’est pas un geek confirmé ? Voilà la problématique à laquelle va répondre la petite box que Kay Anar et Gilad Shai ont présenté lors du TechCrunch Disrupt NY hackaton.

Car, même si une personne souhaite protéger son anonymat sur la toile, elle ne saura pas forcément utiliser et configurer le logiciel qui permet de se cacher derrière le réseau Tor. L’idée des développeurs d’oRouter provient d’ailleurs d’une personne qui aurait demandé s’il n’existait pas quelque chose qu’il suffirait juste de brancher.

Initialement, l’idée était juste de faire un hack, mais, la perspective de lever des fonds pour produire à grande échelle et commercialiser un produit fini c’est présentée. Le hardware, qui s’apparente à une Box, permet d’utiliser le réseau Tor par le WiFi, ce qui veut dire qu’il sera possible de protéger son anonymat lorsqu’on navigue avec des appareils mobiles.

Le mot de la fin

Nous arrivons au bout de cette petite présentation qui vous aura, je l’espère appris certaines petites choses pour déjouer la surveillance électronique. Les 3 projets que nous venons de voir fonctionnent sensiblement de la même manière. Toujours est-il que suivant votre niveau en informatique et vos besoins d’anonymat, le choix final sera différent !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *