Un avenir pour un parti politique de l’internet ??

Dans notre société du tout numérique où la vie quotidienne connectée est devenue une réalité et non plus un lointain songe, y a-t-il une place pour un parti politique de l’internet national voire international ??

Nombreuses sont les voix qui s’accordent à considérer notre société contemporaine, capitaliste, comme à bout de souffle, mais, le renouvellement de notre modèle passe-t-il par l’avènement des partis politiques plaçant internet au cœur de l’équation ??

Mise au point sur les différents partis politiques de l’internet existant !

Premier parti politique de l’internet à avoir vu le jour, le Parti Pirate suédois (avec Rickard Falkvinge comme fondateur en 2006) qui devint en 2009 la troisième force politique de son pays en nombre d’adhérents à la faveur du procès médiatique de The Pirate Bay.

En Ukraine, le Parti Ukrainien de l’internet où son illustre représentant, Darth Vader, a hanté la place de l’indépendance lors des manifestations d’opposition au pouvoir prorusse vient de faire son coming-out politique en se portant candidat à la présidentielle du 25 mai 2014.

De son côté, Julian Assange (Wikileaks) s’est lancé en politique dans sa patrie d’origine, l’Australie, en juillet 2013, avec le Wikileaks Party. Malgré un résultat déprimant, le parti positive et continue la guerre !!

Quant à Kim Dotcom (MegaUpload), il est entré dans l’arène politique en janvier 2014 en fondant le Parti de l’internet sur les terres maories. Son dessein politique est encore assez flou.

En France, le parti politique de l’internet sort de l’ombre le 21 juin 2006 pour s’inscrire en politique. Son nom, Parti Pirate Français comme pour la Suède et, ils sont tous les deux adhérents au Parti Pirate International.

Ce parti politique de l’internet français est-il légitime ?

Partant du constat qu’il existe un parti pour l’environnement et l’écologie, Europe Écologie Les Verts, qui remplit, en théorie, une noble cause d’intérêt général, pourquoi un parti politique de l’internet ne pourrait pas avoir une position similaire dans la sphère politique du XXIe siècle ??

J’ai dit « en théorie », car, je trouve regrettable qu’un tel mouvement fasse la fine bouche et refuse de collaborer avec certaines familles politiques comme il le fait aujourd’hui. Selon mes convictions, le ministère de l’Écologie devrait toujours revenir à EELV, bien que certaines personnes de ce parti tiennent des propos assez incohérents, mais ce n’est pas le sujet du jour !!

Donc, suivant cette logique, le ministère du numérique devrait revenir à une personnalité du Parti Pirate Français !? À mon sens, cela parait évident et évitera à l’avenir bien des problèmes d’une part de transparence et d’autre part d’incompétence, mais ici encore pour éviter tout débat futile, nous n’en dirons pas plus.

Quelle feuille de route pour notre parti politique de l’internet ?

Préserver le droit à l’anonymat, reconnaitre aux citoyens les mêmes droits sur internet qu’ailleurs, éviter toute forme de censure, renforcer le droit de contrôle de ses données personnelles, empêcher le filtrage et le traçage abusif, supprimer les fiches identitaires numériques, garantir la neutralité du net et l’accès au haut débit sur tout le territoire, légaliser l’utilisation des méthodes de chiffrement…

Voilà la base fondamentale du programme de tous les partis politiques de l’internet. Ensuite, chaque parti voit midi à sa porte et apporte d’autres idées qui lui son propre. Mais, gardons en tête que les points communs que nous venons d’énumérer ici sont des points FONDAMENTAUX auxquels tous les internautes devraient adhérer au même titre que tous les citoyens devraient adhérer à l’écologie !!

Cependant, aujourd’hui, les différents partis politiques de l’internet restent souvent centrés autour du numérique et semblent survoler certains sujets inhérents à toute société contemporaine : éducation, économie, santé, politique étrangère, défense… Ce qui pour le moment empêche ces partis d’atteindre le sommet de la sphère politique.

Bon alors que conclure sur l’avenir des partis politiques de l’internet ?

Une chose est sure, il apparait comme une évidence qu’un parti politique de l’internet est légitime et doit devenir, aussi vite que possible, un acteur politique œuvrant dans l’intérêt général des internautes. Car, n’oublions pas PRISM, la NSA et sa surveillance électronique, le monopole de certains géants du web qui de plus collaborent avec la NSA, la fin de la neutralité du web qui plane aux États-Unis et donc bientôt en Europe…

Mais la route est encore longue pour ces entités et la question de leur avenir reste ouverte tout comme celle de leurs orientations futures, sont-ils voués à se limiter à un discours sur l’internet ou s’inscrivent-ils dans un projet de société global ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *